A.S NANCY-LORRAINE 1975-76.


A.S NANCY-LORRAINE
1975-76
1/2 finale coupe de France vs Marseille

Debouts : Jean-Michel Moutier, Carlos Curbelo, Bernard Caron, Jean-Paul Cohuet, Jean Palka, Jean-Pierre Raczinski.

Accroupis : Olivier Rouyer, Paco Rubio, Ange Di Caro, Michel Platini, Gilbert Dussier.

FRANCE-Luxembourg 1979.

- 25 février 1979 -
Parc des Princes. Paris. 46.988 spectateurs.
- qualification championnat d'Europe 80 -
FRANCE bat Luxembourg : 3-0 (1-0). 
Arbitre Mr Ronald Bridges (Pays de Galles).
Buts : Petit (38ème), Emon (60ème), Larios (78ème) pour la France.
Remplacements : Piasecki par Larios (61ème), Berdoll par Pécout (66ème) pour la France. Weis par Reiter (46ème), Zwally par Neumann (73ème) pour la Hollande.
FRANCE : Dropsy – Battiston, Specht, Trésor, Bossis – Petit, Michel, Platini – Rocheteau, Berdoll, Emon. Entraîneur : Michel Hidalgo.
LUXEMBOURG : Moes – Meunier, Raths, Rohmann, Margue – Weis, Philipp, Wagner – Dresch, Michaux, Zwally. Entraîneur : Louis Pilot.


- LE MATCH EN PHOTOS -

La force tranquille (Michel, Emon et Specht).

Au charbon (Emon et Trésor).

Rocheteau en embuscade.

 
Les hommes du jour (Emon et Larios).

- LE MATCH EN VIDEO -


MILAN A.C 1984-85.


MILAN A.C 1984-85

En haut : Giunta, Casiraghi, De Solda, Terraneo, Nuciari, Galli, Cimmino, Di Bartolomei.

Au milieu : Tessari (ent. adj.), Ferrari, Verza, Battistini, Manzo, Liedholm (ent.), Hateley, Virdis, Tassoti, Russo, Colucci (staff).

En bas : Ribolzi (masseur), Incocciati, Valori, Evani, Carotti, Farina (pdt), Baresi, Wilkins, Icardi, Gadda, Mariconti (masseur).


PRO CYCLING MANAGER. Vas-y Kéru.


En bon Breton qu'il est, Raymond Kéruzoré adore le vélo. Normal pour un pays qui a produit des champions tels que Jean Robic, Louison Bobet, Cyrille Guimard ou Bernard Hinault. « Je peux même dire que je suis dingue de vélo, insiste le footballeur maosiste au look de prof de sciences naturelles. Chaque fois que j'en ai la possibilité, je vais assister à une course cycliste. J'y éprouve toujours un énorme plaisir » concède Kéru incollable sur le palmarès du Blaireau et les exploits de ses compatriotes sur le Tour. Et de la passion pour la petite reine à la pratique, il n'y a qu'un pas que le natif de Châteauneuf-du-Faou n'hésite pas à franchir dès qu'il en a le loisir. « Lorsque je suis en vacances, je pratique évidemment avec beaucoup de plaisir ce sport qui est, en Bretagne, aussi populaire et aussi pratiqué que l'est le football » lâche notre cycliste amateur qui n'amuse pas la galerie, la tête dans le guidon et la casquette en arrière, attendant avec impatience le mois de juillet et la caravane de la Grande Boucle. « J'aime aussi le tennis, avoue aussi Raymond-le-flingueur, mais je n'ai pas tellement le temps d'en faire ».  Trop pris sans doute par la Ronde des Korrigans et les critériums locaux. Et puis le tennis on s'en fout, c'est pas le sujet.

LA FICHE DETAILLEE. Per Röntved.

**********
La fiche détaillée par les éditions Rencontre Lausanne
PER RÖNTVED
- Le géant au grand cœur  -
**********


STADE LAVALLOIS 1977-78.


STADE LAVALLOIS 1977-78

Debouts : Raymond Kéruzoré, Bernard Simondi, Christian Roque, Claude Coumba, Hervé Gauthier, Jacky Rose.

Accroupis : Claude Leroy, Joaquim Martinez, Souleymane Camara, Michel Cougé, Pierre Lechantre.

HOLIDAYS IN THE SUN. Albert Gemmrich.


Interviewé dans Football Magazine pour son numéro de rentrée (septembre 1977), Albert Gemmrich dévoile sa passion pour les vacances en altitude. L'air y est frais, l'endroit idéal pour se refaire une petite santé avant le début du championnat. « Je suis allé passer des vacances en Autriche, au-dessus d'Innsbrück près du lieu de la dernière descente olympique » lâche l'attaquant international à un auditoire interdit par l'annonce. Pourtant que la montagne est belle insiste le Strabourgeois, nouvel adepte du gros bol d'air, une méthode chère à son coéquipier Heinz Schilcher, milieu autrichien passé par l'Ajax et Nîmes Olympique. « J'étais avec Schilcher qui m'a fait visiter son pays » claironne l'Alsacien trop content d'avoir un nouveau copain, saisi par la beauté majestueuse du panorama. « La nature était merveilleuse, l'air vif. J'ai fait de longues marches en pleine nature. Quand je rentrais, je mangeais comme quatre et la nuit je dormais, dormais... Dix heures parfois ! » Albert Gemmrich découvre la vie de montagnard, une vie austère éclairée par les petits plaisirs de la journée, en gros bouffe et dodo. On en oublierait presque les kilos superflus. « J'ai peut-être pris des kilos encore que la marche a conservé ma forme », se défend Gemmrich solide comme un bûcheron des Alpes, qui conclut en tapant du poing sur sa jolie table en bois, un souvenir du pays : « Mais ces kilos-là sont faciles à perdre ». Et d'un coup, comme touché par la grâce ou bien des voix venues de la cime d'un sapin, en bon dribbleur Albert détourne le sujet vers la politique. Tel un renard des surfaces qui sent le but, Gemmrich sent aussi les affres d'un futur changement climatique. Le Strasbourgeois veut devenir un citoyen responsable, respectueux de la planète. « On parle beaucoup d'écologie et de retour à la nature. Eh bien, je crois que j'ai été dans le vent ces dernières vacances ! » Là, Albert sort la bouteille de Schnaps, encore un souvenir de vacances, et se lance dans une longue tirade sur les bienfaits de l'alcool de prunes.

OLYMPIQUE DE MARSEILLE 1978-79.


OLYMPIQUE de MARSEILLE
1978-79

Debouts : Victor Zvunka, François Bracci, Gérard Bacconnier, Michel Baulier, Gérard Migeon, Jean Fernandez.

Accroupis : Hervé Florès, Robert Buigues, Marc Berdoll, Didier Six, Anders Linderoth.